L’Univers est conscience et ne présente qu’une évolution de conscience, de son origine à sa fin qui est un retour à sa cause.

C’est le but de la science « Initiatique », enseigner le chemin qui mène à cet ultime confondement. Dans le temple de Louxor les anciens ont légué cet enseignement à la postérité. Nous vous proposons la possibilité de le découvrir.

Nous avons pris l’habitude de tout réduire en temps et en espace, comme l’habitude rationnelle le veut. Par exemple, en disant « un homme marche », nous concevons un homme qui marche d’une façon qui est limitée : ce n’est que l’action de se mouvoir, de marcher que nous imaginons. Nous pouvons le placer dans le passé, le présent, le futur et toutes les nuances de ces temps ; nous situons ce mouvement dans le temps et dans l’espace.

Au contraire, si nous voyons une image représentant un homme qui marche – ou simplement des lignes figurant un homme – nous ne l’imaginons plus, nous ne le situons plus : il est là, c’est la fonction qui nous intéresse, et la qualité de cette fonction.

Nous pouvons ensuite peindre cet homme en vert ; ce ne sera plus seulement la fonction de marcher avec les jambes qui sera évoquée : ce mouvement pourra signifier végétation et croissance.

Or marcher et croître sont deux fonctions différentes pour notre raisonnement, mais en réalité il y a un lien abstrait entre marcher et croître : c’est le mouvement sans considération de temps et de chemin.

Si nous voulons définir ce mouvement, nous le réduirons immédiatement en temps et en espace, tandis que le sentiment du mouvement, qu’il soit en marche ou en croissance, n’a plus besoin d’être défini : l’image – le symbole – fait office de définition, et nous pouvons effectivement éprouver cet état, nous confondre avec lui sans le raisonner, comme le ferait n’importe quel enfant en regardant des images.

 

sphinx