Actuellement, 300 sphinx à corps de lion et à têtes de bélier sont visibles le long de cette avenue. (information donnée par un égyptien qui s’occupe du temple de Louxor depuis 35 ans.)

On pénétrait dans le temple de Louxor par la longue avenue de sphinx partant de Karnak et aboutissant à l’esplanade (le parvis) située devant le pylône. Les sphinx partant de Karnak ont une tête de bélier, puis vers Louxor, se transforment en sphinx à tête humaine. La largeur du Dromos est de 27 mètres, soit 50 coudées Noires. Il comprend au centre une voie dallée de grès, dont la largeur totale est de 6,28 m, soit 12 coudées royales.

alleesphinxlouxor

 

Le bélier.

Une statue d’Amon à tête de bélier se trouvait dans la salle I. Le culte officiel commença avec Amen-m-hat (XIIe dynastie) du bélier, Amon, en -2100 environ. Il connaîtra son apogée vers -1500, avec la Dynastie des Amenhotep (XVIIIe dynastie).

Le passage du signe du taureau à celui du bélier est relaté par le récit du Sage Ipou-our qui parle d’une grave révolution à la fin de l’Empire, située entre 2720 (Borchardt), 2400 (Moret) ou 2242 (Drioton).

Un graffiti sur la porte ouest de la salle XII montre une tête de bélier posée sur un socle. L’accent mis sur le bélier en ce point du temple de Louxor, correspondant à la tête, fait incontestablement allusion à la domination astrologique de ce signe sur cette partie du corps humain.

Au commencement de cette époque, où le soleil entre dans la constellation du bélier, début de la domination d’Amon, ce Roi inaugure le nouvel ordre de cette ère. Il est le premier à faire entrer le nom d’Amon dans la désignation du nom royal.

Une étude approfondie du chronologue E.Meyer sur les calendriers des fêtes égyptiennes confirme l’hypothèse de J.Biot, que les prêtres connaissaient le phénomène de précession des équinoxes, découverte que Proclus Diadochus leur attribuait déjà.

Fête Égyptienne

Une fête était organisée au temple de Karnak, la fête de Khoiak (Noël). Une procession partait de Karnak jusqu’à Louxor. Ceci est confirmé sur les parois de la « Nef » où figure la procession annuelle des barques d’or d’Amon, de Mout et de Khonsou allant de Karnak à Louxor et y retournant. Lors de la fête en l’honneur du Saint, ces barques, posées sur des chars et remplies d’enfants habillés de couleurs vives, sont promenées le long du Nil. Fête en l’honneur du saint Abou’L Haggag.

Symbolique Égyptienne Initiatique.

P157.XL

Nous savons que le bélier symbolise la tête. Nous trouvons à Karnak un scarabée sur un socle, pas loin du lac sacré. Ce scarabée symbolise la boîte crânienne. Nous pouvons penser que Karnak est la partie d’un temple beaucoup plus grand (avec Louxor), mais dans une phase de conscience différente. C’est la géographie mystique de l’Egypte pharaonique.

L’allée qui rejoint le temple de Louxor symbolise le « passage » d’un monde à l’autre, d’une transformation à une autre. La substance informelle mais divine, prend consistance à Louxor. La fête de Khoiak (Noël), cérémonie initiatique, prend toute son importance ici.

Noël se trouve dans la période la moins éclairée de l’année, mais où une semence, une graine de lumière commence à germer en terre. Et cette croissance est parfaitement représentée à l’échelle du fœtus et de l’homme dans le temple de Louxor. Nous pouvons faire une analogie presque parfaite avec notre fête de Noël et cette cérémonie initiatique égyptienne.

Le Roi naît à minuit (Noël) pour être introduit, pubère, au lever du soleil (6 heures du matin) correspondant à l’équinoxe de printemps. Le signe du bélier débute dans la période du printemps, là où commence à réapparaitre la lumière du soleil. Une graine invisible plantée dans la conscience à la fête initiatique de Khoiak devra germer dans le temple de Louxor et faire apparaître l’homme anthropocosmique.

belierkarnak