Approche de la Divination

Posté par:

Le décloisonnement des approches de la divination

La complication de la question à laquelle je vais m’attacher, et le destin social qui lui est réservé aujourd’hui, font que la terminologie n’est pas toujours comprise et que les notions fondamentales demeurent ténébreuses dans l’esprit du public. Avant d’entreprendre ce circuit, je suis donc obligé de procéder à quelques définitions que je n’aurais pas eu à  effectuer si j’avais traité des thèmes affranchis, comme la psychanalyse ou la science physique.

J’entends par science psychique l’ensemble des courants qui, dans la voie dégagée par le mesmérisme (magnétisme), ont entrepris, depuis la révolution française, l’exploration rationnelle des phénomènes dits paranormaux. Ramenés à leur nature, ces phénomènes sont la télépathie, la clairvoyance, la précognition et la télékinésie. Les sciences psychiques, se divisent en deux branches à la fois additionnelles et conflictuelles : la métapsychique et la parapsychologie.

Le plan des sciences psychiques n’a donc rien à voir avec la croyance, il s’inscrit dans le projet cognitif de l’Occident. Il vise le voyage d’une dimension de l’esprit chevronné par toutes les cultures depuis des temps immémoriaux, mais expulsé (depuis seulement trois siècles) par la nôtre ou, plus exactement, par la plus grande partie de ses élites. Même si des hommes politiques ou des financiers, voir des industriels, font appel à des clairvoyants en cachette, la science divinatoire est toujours aussi décriée !

La recherche universitaire s’est jusqu’à présent attachée à rétablir l’histoire des pratiques divinatoires antiques ou non occidentales ; elle a consacré le fondamental de ses travaux à mettre en évidence leur encadrement culturel, leur signification, leur fonction sociale, leur rôle dans la genèse de la raison et de l’idéographie. Mais elle ne reconnaît toujours pas au sens même de la science reconnue, une utilité sociale et humaine. Il faut admettre aujourd’hui que les pratiques divinatoires ont bien une fondation factuelle. Certains voyants ont bien la capacité d’acquérir des informations sans passer par les canaux sensoriels connus, en s’affranchissant temporairement  des châssis spatio-temporels qui, pour la science et la philosophie occidentale limitent notre expérience.

Des personnages historiques comme le marquis de PuySégur, Bergson, Hegel, à William James ont participé à la réflexion des phénomènes parapsychiques. Le prix Nobel Charles Richet, a placé le voyant polonais Ossowiecki dans une cage de Faraday. Mais aussi, sous la terre dans des grottes, sous des dizaines de mètres d’eau dans un sous-marin, on les a même introduits dans des tubes de plomb, où on les a protégés des sources de rayonnement et ainsi de suite. Ces expériences ont prouvé que l’espace des écrans que l’on interpose ne semble avoir aucun effet décelable sur le déploiement de la science divinatoire.

La psychométrie, qui est la capacité d’avoir des informations sur un objet et son histoire, a été effleurée par le psychanalyste Freud, par le psychiatre Jules Eisenbud, et d’autres. L’ésotérisme veut dire : « intérieur », à ceux de l’intérieur par opposition à ce qui est public, à ce qui se fait à l’extérieur et qui est exotérique. On ne peut comprendre l’ésotérisme sans au départ poser quelques postulats, qui peu à peu se révéleront exacts.

La première chose à savoir est qu’il est une énergie universelle et créatrice à l’origine du tout. Ceci se retrouve dans toutes les recherches effectuées aujourd’hui aussi bien en sciences physiques, qu’en philosophie et en métaphysique.

La deuxième chose à savoir, est que l’homme a pour origine l’essence de cette énergie. C’est ce qui l’incite, à entreprendre toutes ces recherches sur la conscience psychique et paranormale.

Dans l’ésotérisme, nous pouvons faire ce classement : Etre – Conscience – Vie – Matière.

L’ésotérisme peut s’articuler de cette façon. L’être issu de cette énergie crée sa conscience. Dès que sa conscience est créée, la vie apparaît pour son besoin d’évolution. La matière champs de la vie, permet les expériences nécessaires à l’individualisation de la conscience.

L’ésotérisme est donc la connaissance acquise et expérimentée par l’exploration de la conscience en utilisant des outils ou des symboles qui se retrouvent dans toutes les traditions.

Les sciences divinatoires sont une preuve de la présence d’une Matière – Lumière, qui pour le moment n’est pas encore totalement maîtrisée.

Ces points seront développés ultérieurement.

A.Tardy de Montravel, correspondance de Monsieur de  Puységur.

Charles Richet, Revue métapsychique.

René Warcollier, la télépathie, recherches expérimentales, Paris, Alcan 1921

Fontenelle, histoire des Oracles, édition critique publiée par Louis Maigron, Paris, 1934

Liste non exhaustive

0

À propos de l'auteur:

  Related Posts
  • No related posts found.

Ajouter un commentaire